Voilà quinze ans que le groupe nous gratifie régulièrement de ses différentes sorties d’EPs et d’albums. Une période drôlement longue qui voit un grand nombre d’évolutions auxquelles il faut s’adapter. In Our Heads, le précédent opus semblait affirmer que la formation londonienne était prête à relever le challenge tout en esquissant déjà quelques petits signes de fatigue. Hot Chip tentait d’explorer d’autres facettes de la dance music, c’était plutôt bien. Il y avait notamment cette superbe balade aux accents R&B, Look at Where We Are, qui prouvait la réserve dont disposait toujours le groupe. Dans l’ensemble, on n’atteignait pas la qualité des premières sorties avec les mythiques One Life Stand ou Ready for the floor. Why make sense? tente pas mal de choses, décroche souvent le jackpot, mais d’une façon qu’on ne saurait expliquer, ne parvient pas à s’ancrer dans l’esprit.

Nerd vs Thug

Il y a un vent nouveau qui souffle sur Why Make Sense?, une nouvelle aire de jeu semblant s’être dévoilée à nos amis anglais qui s’appelle le hip-hop. Toutes proportions gardées, mais c’est assez nouveau pour être notifié. Sur le premier single Huarache Lights, on entendait déjà au milieu du morceau la voix de DJ Phil sortie de ce sample du titre Everyday Of My Life de DJ Rashad. Une référence pour la moins inattendue même si on croyait connaitre la grande polyvalence du duo. Love Is The Future continue sur cette lancée d’ouverture et laisse apercevoir la voix fluette d’Alexis Taylor partager la scène avec une autre bien plus affirmée et emplie de testostérone. Le titre fait cependant le pari de ne pas renoncer à un coté très philharmonique et arrive à dégager un équilibre précaire néanmoins appréciable. L’influence n’est pas remarquable seulement par des voix, des phrasés mais également par la structure des morceaux. Started Right se replonge dans les années 90 avec un beat digne d’un boys band typé Backstreet Boys, cheesy à souhait avec la partie susurrée au milieu du titre. Sur Need You Now, c’est vers l’héritage house que se tourne Hot Chip avec un succès en demi-teinte qui fait se demander pourquoi le groupe a besoin d’utiliser autant d’éléments exogènes dans cet album.

Un home-run de la séduction

Il y a les classiques, les titres de loser romantique tels que Cry For You ou So Much Further To Go qui sans être ratés ne sont pas les moments les plus brillants de leur dernier opus. Affalés dans leur zone de confort, Taylor et Goddard se laissent aller à la facilité et ne cherchent pas à s’en cacher. Le résultat est assez insipide et décevant. En revanche, sur des titres comme Easy To Get, on reprend foiTaylor campe le rôle du garçon inaccessible avec brio. Oscillant entre pop, house et influences plus afro-américaines, le titre coche toutes les cases de la réussite. White Wine and Fried Chicken combine le sens de l’humour notable du groupe à sa sensibilité qu’il semble soucieux de développer dans ses sorties les plus récentes. Dark Night réussit le pari de la fragilité en misant cette fois-ci sur les cordes et en mettant davantage en avant le chant. Le résultat est très bon et réitère l’affirmation de la maîtrise que possèdent les deux hommes. Why Make Sense? vient clôturer un album d’explorateur en ajoutant une dimension plus psychédélique. « Why make sense when the world around refuses » chante Alexis Taylor. On a comme envie de lui dire que du sens, de l’homogénéité, c’est peut-être justement ça qui manque à ce disque.

Quand on parle de mélange des genres et de génie pop, Hot Chip a tenu le haut du pavé pendant un long moment. Ils détiennent le secret d’une formule débouchant sur un équilibre précaire mais brillant qui se joue entre la voix singulière du geek le plus intense du circuit et la vision toujours un peu visionnaire sans être avant-gardiste de Joe Goddard. La formule est toujours la même à quelques altérations minimes près. Au fond, c’est impeccable. C’est justement parce que c’est un peu trop propre, trop maîtrisé que l’on n’arrive pas à être transcendé. La vérité est que le disque est plutôt bon à quelques rares exceptions, mais qu’après sa première écoute on sait déjà qu’on ne le réécoutera sans doute jamais.

 

 

Hot Chip - Why Make Sense?
6Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis
0.0